Le talent

Une formation pour la création

Mon parcours dans le monde de la publicité m’a amenée à participer à de nombreux projets, y compris Portfolio Night, un évènement publicitaire d’envergure internationale pour lequel j’ai été directrice. Le principal objectif de cet évènement est de regrouper les meilleurs directeurs de création du monde afin qu’ils rencontrent la relève lors d’une soirée de revue de portfolios. L’évènement a lieu dans plusieurs villes du monde, de Londres à Los Angeles, de Montréal à Bombay, de Sao Paulo à Singapour, et est organisé en partenariat avec une agence ou une association de publicité locale.

En tant que directrice, je devais m'assurer du bon déroulement de l'évènement, autant à l'échelle mondiale que locale, et j'ai eu l’occasion de collaborer avec des gens provenant de diverses agences, petites et grandes, de partout dans le monde, y compris Leo Burnet, Ogilvy & Mather, Publicis, BBH et David & Goliath.

Portfolio Night m’a permis de comparer le niveau de préparation des jeunes qui font leurs premiers pas dans l’industrie publicitaire à travers le monde, et j’ai constaté qu’à Montréal, on n’est pas comme les autres. Chaque année, j’entendais les mêmes commentaires des directeurs de création qui trouvaient que les jeunes étaient souvent très créatifs, mais n’avaient pour la plupart aucune idée du fonctionnement d’une agence, de la structure idéale d’un portfolio ou des mécanismes de transition vers le domaine de la publicité à partir, par exemple, d’une formation en design. Ce n’était pas le cas dans les autres grandes villes du monde qui ont, pour la plupart, une formation disponible pour les jeunes talents créatifs de l’industrie.

Actuellement, les jeunes Québécois qui s’intéressent au côté créatif de notre industrie ne savent souvent pas dans quel domaine étudier pour s’y rendre. Au bout du compte, c’est l’industrie québécoise qui y perd, car nombreux sont ces jeunes qui, malgré leur potentiel, se retrouvent dans d’autres domaines. À défaut de pouvoir compter sur suffisamment d’options au niveau universitaire, ce sont les agences qui doivent se charger de former les jeunes créatifs qui parviennent à se trouver une place en agence. Afin de remédier à ce problème, je propose donc la création d’un programme de formation pour la relève en création publicitaire.

Pourtant, certaines agences ont fait des efforts à l’interne afin de créer un programme de formation pour la relève créative. On a qu’à penser au Carré de sable de Cossette ou au programme de SID LEE pour les stagiaires, qui est en place actuellement. Cependant, ce modèle est couteux à maintenir et impraticable pour plusieurs agences. De plus,  ce ne sont pas toutes les agences qui peuvent se permettre de recruter des jeunes formés dans les meilleures écoles du monde telles que Hyper Island et VCU Brandcenter

Je pense plutôt qu’il faut reproduire une collaboration entre agences telle que dans le passé pour la création du DESS en communication marketing de HEC Montréal. À mon avis, pour qu’un programme d’études destiné à la création soit mis en place, cela nécessitera un peu de volonté de la part des dirigeants d’agences et une implication de la part de créatifs seniors actuellement en agence pour l’enseignement.

Pour le moment, je ne propose pas un modèle précis, mais je tends plutôt une perche pour savoir s’il y a un intérêt de la part des dirigeants d’agences et surtout de la part de ceux qui dirigent des services de création.  

Qu’en pensez-vous?

Prochains articles